Vous êtes ici

Décryptage

Agriculture durable : de quoi parle-t-on ?

Dernière mise à jour : le 6 Février 2017
Face au modèle dominant de l’agriculture intensive, d’autres systèmes de production et d’organisation agricoles se sont développés sur les territoires : l'agriculture paysanne, biologique, autonome et économe... A quoi correspondent ces différentes approches qui sont des composantes de l'agriculture durable ?

Les trois dimensions de l’agriculture durable

L'agriculture durable est la déclinaison pour le secteur agricole et rural des 27 principes du développement durable ratifiés lors de la conférence de Rio en juin 1992.

L’agriculture durable invite à promouvoir et à pratiquer une agriculture économiquement viable, saine pour l’environnement et socialement équitable. Dans le respect des principes du développement durable, elle répond aux besoins d’aujourd’hui sans remettre en cause les ressources naturelles pour les générations futures.

L’agriculture durable entraîne une refondation des modèles agricoles sur de nouvelles bases, organisées autour de trois dimensions :

  • la viabilité économique, avec des systèmes de production économes, autonomes et dégageant des revenus décents pour les agriculteurs ;

  • l’équité sociale, en assurant un partage des richesses, des droits à produire et du pouvoir de décision, mais aussi la transmissibilité des exploitations et le maintien de l’emploi agricole ;

  • la protection de l’environnement en préservant la fertilité des sols, la biodiversité, les paysages, la qualité de l’air et de l’eau.

Quelles sont les spécificités de chaque approche ?

Si l'agriculture biologique, l'agriculture paysanne et l'agriculture autonome et économe se démarquent clairement de l’agriculture intensive et productiviste fortement consommatrice d’intrants, elles ont chacune leurs spécificités, présentées dans le tableau ci-dessous :

Agricultures alternatives - © Transrural initiatives
Agricultures alternatives - © Transrural initiatives