Vous êtes ici

Zoom

La démarche SROI

Dernière mise à jour : le 24 Novembre 2016
Le SROI (Social Return on Investment, ou retour social sur investissement) est un cadre d’analyse qui permet de mesurer et de rendre compte d’une conception élargie de la valeur d'une activité d’utilité sociale, non limitée à une dimension financière, en y incluant les coûts et les bénéfices à la fois sociaux, environnementaux et économiques produits.

Qu'est-ce que le SROI ?

Le SROI propose d’exprimer les changements attribués à une activité d’utilité sociale en valeurs monétaires afin de calculer un ratio coût/bénéfice. Par exemple un ratio de 4/1 indique que pour 1 € investi dans un programme d’utilité sociale, il rapporte l’équivalent de 4 € de valeur sociale.

On n’attachera pas réellement d’importance à l’aspect monétaire, mais plutôt à la notion de "valeur". L’argent n’est qu’une unité communément admise pour mesurer la valeur. Au delà d'un simple chiffre (le ratio cout/bénéfice), cette approche permet de raconter "l’histoire" du changement social. L’implication des parties prenantes en est au cœur, elle permet d’éclairer des décisions en s’appuyant sur un ensemble d’informations tant quantitatives et qualitatives que financières.

Étapes de mise en œuvre

Une analyse SROI s’organise en 6 étapes :

  1. Définir son champ d’application et identifier les principales parties prenantes
  2. Exposer le changement
  3. Attester les résultats et leur attribuer une valeur
  4. Déterminer l’impact
  5. Calculer le SROI
  6. Rendre compte, utiliser et intégrer

Principes de la démarche

La démarche SROI repose sur 7 principes :

  • Impliquer les parties prenantes
  • Comprendre ce qui change
  • Évaluer ce qui compte
  • N’inclure que ce qui est "matériel"
  • Ne pas surévaluer
  • Être transparent
  • Vérifier les résultats

Dans quels cas utiliser le SROI ?

Ce type de démarche peut viser plusieurs objectifs. Une analyse SROI peut aider à prendre des décisions d’investissement, à guider sa stratégie, à mobiliser les parties prenantes du projet, ou bien encore à valoriser ses actions pour attirer notamment des financeurs. Elle est en revanche moins pertinente si les parties prenantes ne sont pas intéressées par le résultat ou si elle est mise en œuvre sans réelle motivation d’améliorer les pratiques existantes.

Développé initialement au Royaume-Uni, le SROI a été repris en France où il est promu par l’Institut de l’innovation et de l’entrepreneuriat social de l’Essec.