Vous êtes ici

CitizenWatt

Dernière mise à jour : le 15 Janvier 2018
Au-delà de la rénovation énergétique de l'habitat et du développement des énergies renouvelables, la réduction de la consommation, notamment résidentielle, est un des piliers fondamentaux de la transition énergétique. Mais comment suivre sa consommation électrique et parvenir à l’ajuster en temps réel ? C’est à cette problématique que répond le projet CitizenWatt, en proposant une nouvelle forme de pédagogie autour de l’énergie.

Des boitiers pour suivre et ajuster sa consommation électrique

Le concept est aussi simple qu’efficace : l’association propose de mettre à disposition des citoyens un outil d'évaluation de leur consommation électrique, sous la forme d’un petit capteur, qui est relié directement aux boitiers électriques de leur appartement et foyer. Connecté à un logiciel, le capteur leur permet ensuite de suivre en temps réel (sur ordinateur, téléphone ou tablette) leur consommation électrique, de la comprendre et – in fine - de la réajuster.

« Mais CitizenWatt est bien plus qu’un simple capteur, explique Olivier Blondeau, Chef de projet CitizenWatt et délégué de l'association. Nous avons imaginé des ateliers participatifs où, dans un premier temps, les citoyens viennent monter eux même leur boitier. Nous mettons tout le matériel nécessaire à leur disposition et les aidons à les assembler.  Puis, après avoir installé les boitiers, ils participent à des ateliers de compréhension et d’interprétation des données. Il est indispensable dans cette démarche que les citoyens parviennent à comprendre et à analyser leur consommation afin de pouvoir la réajuster. Ainsi, ils échangent sur leurs habitudes, leurs bonnes pratiques et tirent ensemble des conclusions afin de prendre des mesures pour faire évoluer cette consommation. »

Vers une pédagogie de l’énergie

Tout est né de l’envie des fondateurs de l’association Le labo Citoyen d’utiliser le logiciel libre et l’arrivée en masse des systèmes de capteurs, pour  mettre à disposition des citoyens des outils de mobilisation autour de la cause environnementale. « Nous avons rencontré la Mairie de Paris qui nous a demandé d’imaginer des solutions pour aider les parisiens dans leurs démarches quotidiennes autour de l’environnement. » Explique Olivier. « Pour le moment, le projet est déployé en partenariat avec des collectivités, des associations ou des entreprises dans le cadre d’actions RSE qui font appel à nous pour monter des ateliers au sein de leurs structures, afin de sensibiliser leurs publics. Nous travaillons par exemple avec des bailleurs sociaux en organisant des ateliers en bas des immeubles avec des personnes en situation de précarité. » Aujourd’hui, ce sont environ 50 expérimentateurs qui ont déjà pu assembler et installer le petit boitier chez eux. Et si l’objectif est davantage de sensibiliser et de faire de la pédagogie autour de l’énergie, il permet aussi de réduire les consommations, et donc les factures d’électricité. Ainsi, lors des ateliers d’échanges, certains se sont aperçus qu’ils pouvaient économiser jusqu’à 1€ en fermant la porte de leur chambre ou près de 30€ par an en éloignant leurs frigos des murs.

Pour un partage et une circulation des connaissances

Mais une autre grande particularité du projet est l’utilisation du logiciel libre. « Nous sommes de ceux qui pensent que la connaissance doit circuler et être partagée pour avancer, confie Olivier ». Ainsi, le capteur lui-même, c’est-à-dire la partie électronique, ainsi que le logiciel de lecture des données ont été développés sous licence libre : tout le monde peut se les approprier pour les faire évoluer. « A terme, nous souhaiterions en faire de même avec les données récoltées par les boitiers. Aujourd’hui, celles-ci sont récoltées en local, et appartiennent à chaque citoyen. Nous souhaiterions faire sortir ces données – de manière volontaire, anonyme et sous contrôle – afin d’aider les instances à connaitre la consommation des foyers, les entreprises à connaître le coût et l’utilisation de leurs services, afin de leur permettre de les ajuster et de les faire évoluer ; toujours dans cette démarche environnementale et participative. »

L’association, qui a remporté en 2015 le Prix Ai2l de l’innovation numérique et sociale, travaille déjà à une prochaine version du boitier, et a plein d’autres projets en tête. « Nous travaillons pour développer un capteur plus performant et moins énergivore, qui soit autoalimenté. Nous aimerions également déployer d’autres types de capteurs : pour le gaz, pour l’eau, pour l’humidité… » Toujours dans cette démarche de pédagogie et pour aider les citoyens à mieux comprendre et maitriser leur énergie.

Pour suivre toute l'actualité du projet : 

Twitter : https://twitter.com/Citizenwattfr
Facebook : https://www.facebook.com/citizenwattfr/

Domaine d'activité :
Sciences citoyennes et technologies participatives
Nombre de salariés :
1
Année de création :
2012
Finalité sociale :
Aider les foyers à réduire leur consommation électrique
CitizenWatt
86 rue de la Condamine
75017 Paris
France