Vous êtes ici

Quoi de neuf ?

L’étude Avise sur la perception des jeunes sur l’emploi dans l’ESS est disponible !

Mardi 15 avril, le programme Jeun’ESS a présenté les résultats de l’étude Avise-Cesod sur la perception de l’emploi dans l’économie sociale et solidaire (ESS) par les jeunes.
  • Hugues Sibille, président de l'Avise, 15 avril 2014 : résultat de l'étude Avise
    Hugues Sibille, président de l'Avise - 15 avril 2014, résultats de l'étude

Cette matinée s’est déroulée à la Maison des Associations de Solidarité de Paris, en présence des nombreux contributeurs à l’étude (acteurs de la jeunesse : CIDJ, INJEP, Institut du service civique, Réseau information jeunesse ; acteurs de l’emploi : AFIJ, APEC, DGEFP, les missions locales, Pôle Emploi, UNML ; et de l’ESS : CNCRES, E-graine, L’Atelier, UDES, Ressources Solidaires).

Menée en complémentarité des travaux du CNCRES et de l’UDES, l’étude, effectuée par questionnaire en ligne (417 répondants) et entretiens téléphoniques, a été réalisée entre fin 2013 et début 2014. Son objectif principal est de connaître les attentes et la perception que les jeunes ont de l’emploi en général et de l’ESS en particulier. La finalité du projet est de faire émerger les freins et les leviers à leur intégration professionnelle dans les structures de l’ESS.

Les leviers de l’intégration des jeunes dans les structures de l’ESS

Parmi les attentes des jeunes liées à l’emploi, trois critères ressortent :
- avoir un emploi stable
- faire quelque chose d’utile pour la société
- être autonome financièrement

Par ailleurs, 89,3% des jeunes interrogés pensent que travailler dans l’ESS permet de « se sentir utile pour la société » (contre 56,3% dans le secteur public et 24% dans le privé marchand).
En outre, ils décrivent des conditions de travail « humaines », « moins hiérarchisées » , et avec une certaine « polyvalence » . Les jeunes interrogés soulignent également leur implication dans les structures de l’ESS, saluant une gouvernance démocratique.
Enfin, 85,1% des jeunes travaillant dans l’ESS se disent satisfaits de leur emploi, davantage que ceux du public ou du privé marchand (73,2%).

Les freins à l’intégration des jeunes dans l’ESS

L’étude révèle une méconnaissance de l’ESS, notamment chez les moins diplômés. Par ailleurs, l’ESS est perçue comme un secteur moins stable, qui permet moins de bien gagner sa vie (en comparaison avec le public et surtout le privé marchand).
Dans la même idée, seuls 42,3% des jeunes pensent que l’ESS « permet d’évoluer professionnellement » contre 76,2% dans le secteur privé marchand.
Cependant, on constate que les jeunes sont « ouverts » à l’ESS malgré le manque d’informations.

Sur la même thématique
Interview
Sarah Persil, chargée de développement économique du Pays Lédonien
spersil.png
Événement
Le 3 juin 2020
STD - Forum des ruralités engagées
Quoi de neuf ?
Élections municipales 2020
visuel_kitmunicipaless.jpg
Appel à projets et concours
Février 2020
appels_a_projets.png
Appel à projets et concours
Jusqu'au 29 février 2020
Appel à projet mobilité & insertion - Fondation PSA
Décryptage
Changement d'échelle
35 structures de l'ESS accompagnées par le programme P’INS
Quoi de neuf ?
Vient de paraître !
Avise - Guide Se lancer dans l'entrepreneuriat social
Événement
Jeudi 27 février 2020
ESS 2024
Événement
Les 5 et 6 février 2020
l'Avise au Salon des entrepreneurs de Paris 2020