Vous êtes ici

Enjeux et perspectives

Dernière mise à jour : le 13 Novembre 2018
En tant qu’organisations de l’ESS, les SIAE sont soumises aux mêmes problématiques que les structures d’utilité sociale : évaluation de l’impact social, démarche qualité et professionnalisation, recherche de financements, etc. En tant qu’acteurs de la lutte contre le chômage et les exclusions, elles font aussi face à de nouveaux défis qui leurs sont propres.

Sécuriser et renforcer le modèle IAE

Le modèle économique des SIAE repose, en partie, sur les subventions accordées par l’Etat dans le cadre du projet d’insertion de la structure. Comme réaffirmé par la récente réforme des financements, ces subventions financent l’ensemble du projet de la structure. Cette dernière demeure alors maîtresse de son activité, et doit pouvoir développer son projet d’insertion comme elle l’entend. Au vu de l’expertise acquise par les SIAE sur leur métier global, il apparaît déterminant qu’elles puissent cultiver cette indépendance, notamment acquise par le mécanisme de la subvention.

Par ailleurs, les SIAE demeurent potentiellement exposées aux moindres capacités de financement des pouvoirs publics. L’enjeu consiste à explorer et développer de nouveaux modes de financement, comme le crowdfunding, les fonds de dotations ou le rapprochement avec le monde de la finance solidaire.

Développer l’accès des SIAE à la commande publique et privée

Les "achats socialement responsables" font généralement partie des politiques de responsabilité sociétale des organisations (RSO). Il s’agit pour une entreprise ou une collectivité de développer des flux d’affaires avec les acteurs de l’économie sociale et solidaire. Elles cherchent ainsi, par ce type d’initiatives, à maximiser leur impact social sur un territoire donné. Pour les mettre en œuvre, un des outils les plus utilisés aujourd’hui consiste à intégrer des « clauses sociales » dans les marchés publics ou privés. Ces clauses permettent de prévoir des heures de travail, dans le cadre des prestations à réaliser dans le cadre d’un marché donné, pour des personnes éloignées de l’emploi.

Les SIAE sont donc bien placées pour y répondre, directement (seules ou en co-traitance) ou indirectement (sous-traitance, mise à disposition de personnel…).

Un des enjeux majeurs pour elles est de professionnaliser la réponse aux appels d’offres, pour celles qui n’en n’ont pas encore l’habitude, et de s’outiller sur les différents types de réponses possibles. Par exemple, le groupement momentané d’entreprises (GME) est de plus en plus mobilisé par des SIAE qui souhaitent apporter une réponse commune à un donneur d’ordres. Certains réseaux, comme le Coorace Ile-de-France, proposent des formations en la matière.

Pour plus d’informations, consulter la page "Accèder aux achats socialement responsables".

Renforcer les partenariats avec les entreprises

Les salariés en insertion n’envisagent pas systématiquement leur passage en SIAE comme une étape dans un parcours vers l’accès à l’emploi durable. Or, il est important de travailler sur la sortie de la structure et sur l’autonomisation du salarié, pour faciliter le passage vers le marché du travail classique. En effet, les conditions de travail y seront potentiellement plus exigeantes et les contraintes des salariés moins prises en compte. Ainsi, il s’avère intéressant pour les structures d’entretenir un lien avec l’entreprise durant le parcours des salariés, en mobilisant par exemple des périodes d’immersion, d’observation ou de stage.

De même, les SIAE peuvent être identifiées par les entreprises d’un territoire comme des partenaires RH, en travaillant conjointement sur une gestion des emplois et des compétences au niveau territorial. Cela nécessite d’identifier collectivement les besoins en main d’œuvre d’un territoire (actuels et à venir), et de penser les formations adéquates pour y répondre.
Ainsi, ces structures disposent d’une réelle expertise dans l’accueil, l’accompagnement et le suivi de personnes en situation de fragilité.

Entrer dans une démarche qualité

La relation à l’entreprise privée est exigeante : nécessité de répondre à des appels d’offres formatés en temps et en heure, de produire des reporting réguliers complets, de facturer, etc. Il est clé, pour développer ses relations avec l’entreprise privée, de s’équiper en fonctions support et administratives et, pour celles-ci, de gagner en professionnalisme et en réactivité. Une façon de progresser dans ces domaines consiste à adopter une démarche qualité cadrée et reconnue.
Par exemple :
Le réferentiel AFAQ EI/ETTI
La certification CEDRE ISO 9001

 

 

 

Sur la même thématique

Portraits

Accompagner les publics les plus fragiles vers la mobilité autonome
Réduire la fracture mobilité des publics précaires
Lutte contre l’exclusion via l'économie circulaire
Lutte contre l’exclusion via des activités informatique et web
Insertion socio-professionnelle via la mécanique vélo et l'acceuil du public
Insertion sociale et professionnelle & éco-construction
Insertion sociale et professionnelle de personnes en difficulté
Proposer des services de conciergerie solidaires, écologiques et inclusifs.

Actualités

Quoi de neuf ?
Politique inclusion
Lancement Conseil inclusion emploi -  ©Croix Rouge 2018
Événement
Jeudi 29 novembre 2018
Quelle stratégie territoriale pour l'emploi ?, 29 nov 2018
Appel à projets et concours
Jusqu'au 30 septembre 2018
Appel à projets FSE partenariat insertion Avise
Événement
Mardi 19 juin 2018
Soirée Start-up de territoire 2 Bordeaux
Événement
Lundi 28 mai 2018
Salon Handicap, emploi & achats responsables 2018
Appel à projets et concours
Jusqu'au 31 mai 2018
Grands Prix de la finance solidaire 2018
Appel à projets et concours
Jusqu'au 4 mai 2018
AàP 2018 Fondation Afnic
Appel à projets et concours
Jusqu'au 20 avril 2018
Start-Up de Territoire #2
Formation
Mardi 3 avril 2018
Conférence RTES "collectivités et garages solidaires"
Appel à projets et concours
Jusqu'au 15 mars 2018
Concours S'engager pour les quartiers 2018