Vous êtes ici

L’exemple d’un financeur

La démarche de la Fondation Rexel

Dernière mise à jour : le 24 Novembre 2016
Créée en 2013, la Fondation Rexel s’engage dans la diffusion du progrès énergétique. Pour démontrer son impact, elle l’évalue et donne les moyens de le faire aux partenaires qu’elle finance. Découvrez cette démarche à travers l’interview d’Amélie André, secrétaire générale de la Fondation Rexel.

Quelles missions se donne la Fondation Rexel ?

La Fondation Rexel a pour mission de favoriser l’accès de tous à une énergie abordable, efficace et durable. Elle est en effet déterminée à contribuer, par ses actions, au progrès énergétique dans les pays en développement mais aussi dans les pays développés.

Sa mission prend plusieurs formes selon la maturité énergétique des pays d’intervention :

  • Dans les pays en développement, la Fondation soutient des initiatives qui permettent l’accès aux énergies efficaces et renouvelables dans les zones rurales non ou mal électrifiées ; qui répondent à une urgence humanitaire de reconstruction et d’éclairage ; qui facilitent la formation des électriciens ;
  • Dans les pays développés, la Fondation contribue à améliorer le confort de vie des ménages à faible revenu en luttant contre la précarité énergétique, encourage la rénovation énergétique des bâtiments et des villes et promeut les énergies renouvelables et leur financement ;
  • La Fondation se donne enfin pour mission d’améliorer la connaissance du grand public et du marché sur la nécessaire transition énergétique et de booster l’innovation sociale et les modèles vertueux de demain.​

La Fondation a évalué son impact social : quelle a été la démarche ?

Ce que nous sommes réellement en capacité de mesurer aujourd’hui, c’est notre performance sociale, à travers une estimation du nombre de personnes touchées positivement par nos formations, nos campagnes de sensibilisation, nos initiatives d’électrification et de rénovation énergétique. Ces indicateurs permettent de mesurer le progrès énergétique résultant de nos initiatives. Ils sont indispensables dans le processus de sélection des projets, mais aussi pour convaincre en interne et en externe.

Mesurer l’impact permet d’aller plus loin encore en qualifiant le progrès social vécu par les populations bénéficiaires et en comparant leur confort de vie avant et/après intervention. Nous souhaitons que cette mesure soit effectuée pour chacun des projets. C’est une exigence que nous indiquons dans la convention que nous signons avec nos partenaires, mais nous n’imposons pas "notre" méthodologie.

La Fondation Rexel propose aux structures qu’elle finance d’évaluer leur propre impact : comment ?

Nous avons conscience que ce n’est pas simple de mesurer son impact. Nous travaillons donc sur des outils permettant d’aider les entreprises sociales et les organisations que nous soutenons à le faire pour leurs projets.

La mesure d’impact est souvent réalisée par les associations et entreprises sociales dans un but de prouver et de convaincre des financeurs, des investisseurs. En tant que financeurs, nous trouvions assez juste de leur donner également les moyens de le faire.

Nous avons travaillé avec (Im)prove sur un guide interactif afin de faciliter la tâche aux organisations présentes sur notre plate-forme de l’innovation sociale pour le progrès énergétique. Le guide propose une méthodologie et un cas concret illustrant les 8 grandes étapes de la mesure d’impact. En complément du guide, une base de données d’indicateurs est disponible pour mesurer toute performance et toute mesure d’impact social des missions dans le domaine de l’énergie. Ce guide a été diffusé aux membres de la plate-forme pour un usage en open innovation. Un appel à amélioration a été lancé pour compléter cette base de données en fonction des expériences terrain de chacun.

Comment favoriser la généralisation de la pratique de l’évaluation de l’impact social ?

Il faut déjà diffuser et partager très largement les méthodes et outils existants. Ensuite, il faut bien dimensionner la mesure d’impact et se poser la question de son objectif et de son intérêt. Le dispositif mis en place (en termes de ressources) doit être à la hauteur des impacts attendus.