Vous êtes ici

DÉCRYPTAGE

Éducation : de quoi parle-t-on ?

Dernière mise à jour : le 10 Septembre 2019
Éducation, instruction, émancipation… Au fil des siècles, l’appréhension de ces concepts, tous liés à la socialisation des individus et à la vie en société, a évolué et s’est précisée. Repères.

Éduquer, instruire, émanciper ?

Le concept d’éducation, issu du latin educatio du verbe ducere (conduire, guider), s’entend, selon E. Durkheim, comme un processus de socialisation des individus à travers la famille, l’école, les médias...

L’instruction se comprend, le plus souvent, comme la transmission de savoirs et de connaissances à travers l’enseignement et en premier lieu l’école.

Le système éducatif est ainsi la façon dont une société conserve et transmet son existence collective aux nouvelles générations. 
 
Au-delà des murs de l’école, d’autres formes d’apprentissage sont essentielles pour permettre l’émancipation des individus et leur participation à la vie en société.

Dans son rapport « L’Éducation : un trésor est caché dedans », l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (l’UNESCO) estime que l’éducation doit s’organiser autour de quatre apprentissages fondamentaux qui, tout au long de la vie, seront pour chaque individu les piliers de l’éducation :

  • apprendre à connaître,
  • apprendre à faire,
  • apprendre à vivre ensemble,
  • apprendre à être. 

Sortir de l’école et de la seule instruction pour aider chacun à s’émanciper : cette approche est aussi celle de nombreuses associations, dont celles se reconnaissant dans l’éducation populaire, une « démarche » qui a émergé au cours du siècle des Lumières.

Si l’éducation populaire est difficile à définir, en raison de la diversité des sensibilités et des acteurs qui la composent, les différents mouvements se rejoignent autour d’un principe simple : s’engager pour diffuser la connaissance au plus grand nombre, afin que chacun puisse s’épanouir et agir dans la société.

Activités périscolaires, éducation permanente et formation tout au long de la vie, action culturelle, engagement des jeunes et des adultes dans la cité…  sont autant de champs d’intervention des acteurs se reconnaissant dans la démarche d’éducation populaire et de nombreuses autres associations jeunesse.

L’accès à l’éducation, un droit universel ? 

L’éducation, clé essentielle de la citoyenneté mondiale 

Depuis sa création en 1945, l’Unesco considère l’accès à l’éducation comme un droit universel et l’une des clés essentielles de la citoyenneté mondiale tandis que l’Organisation des Nations unies (ONU) intègre, depuis 2015, un objectif dédié à l’éducation au sein de ses 17 Objectifs de développement durable (ODD) à l’horizon 2030.

Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie.
Objectif n°4 des Objectifs de développement durable définis par l'ONU

Si des progrès majeurs ont été accomplis, plus de 265 millions d’enfants dans le monde ne sont toujours pas scolarisés et 22% d’entre eux sont en âge de fréquenter l’école primaire.

Quant au niveau d’apprentissage, ce sont 617 millions de jeunes qui manquent de compétences de base en mathématiques et en alphabétisation.

Pour l’Unesco, ces chiffres encore conséquents s’expliquent par le manque d’enseignants correctement formés, les mauvaises conditions scolaires et les problèmes d’équité liés aux opportunités offertes aux enfants des territoires ruraux.

En France, un système éducatif fondé sur de grands principes

En France, l’éducation est l’un des piliers fondateurs de la République et représente aujourd’hui, sur le volet financier, le premier budget de l’Etat.

Héritage historique, notre système éducatif se fonde sur de grands principes, certains inspirés de la Révolution de 1789, de lois votées entre 1881 et 1889 sous la IVème République mais aussi des Constitutions de 1946 et 1958.

    L'organisation de l'enseignement public obligatoire gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l'État. 
    Extrait du préambule de la Constitution du 27 octobre 1946, repris par la Constitution du 4 octobre 1958.

    Ces grands principes fondateurs sont notamment consacrés dans les lois « Ferry » du 16 juin 1881 et du 28 mars 1882.

    Il s’agit de : 

    • La liberté d'organiser et de dispenser un enseignement comme manifestation de la liberté d'expression ;
    • La gratuité de l'enseignement dispensé dans les écoles et les établissements publics ;
    • La neutralité philosophique et politique s’impose aux enseignants et aux élèves ;
    • Le principe de laïcité en matière religieuse est au fondement du système éducatif ;
    • L’instruction primaire obligatoire, qui vise les enfants des deux sexes âgés de six ans révolus à treize ans révolus (depuis les lois de 1959 et 2019, notamment, cette instruction est obligatoire pour tous les enfants, français et étrangers, à partir de 3 ans et jusqu'à l’âge de 16 ans révolus).