Vous êtes ici

Interview
Tech for Good

L’accompagnement tech, levier du changement d’échelle des structures de l’ESS

Marie Bellocq, co-fondatrice de Share it, explique comment la Coalition Tech for Good accompagne tous types de structures de l’ESS vers une démultiplication de leur impact, via un accompagnement tech adapté et accessible.

Qu'est-ce que Share it?

Share it est une association qui conçoit et code gratuitement des solutions digitales pour les entrepreneurs sociaux qui répondent à un enjeu des objectifs de développement durable (ODD). Initiée en 2017 avec Ashoka, Share it est né du constat suivant : « on vit deux révolutions en parallèle. D’un côté, la révolution de la tech accélère des pans entiers de l’économie depuis ces 30 dernières années ; d’un autre, la révolution de l’impact a vu émerger beaucoup d’entrepreneurs sociaux, qui n’ont pas forcément accès au levier de la tech lorsqu’ils souhaitent démultiplier leur impact ». 

Share it travaille étroitement avec les structures accompagnées pour co-construire une solution digitale adaptée à leurs besoins. Du côté de la structure accompagnée, une personne est dédiée à temps plein pour gérer le projet, et du côté de Share it, des experts du digital coordonnent et développent le projet tech grâce à des équipes en mécénat de compétences long terme, avec l’objectif de rendre l’association autonome sur ces enjeux. 

Qu'est-ce que la coalition Tech for Good?

La Coalition Tech For Good a été créée en 2021 pour améliorer la lisibilité de l’écosystème de l’accompagnement des associations sur le volet numérique. En effet, de nombreuses structures ne savent aujourd’hui pas vers qui se tourner pour se faire accompagner sur ce sujet : « il y a un vrai besoin de rendre ce que l’on fait plus lisible et de démocratiser la tech ».  Les objectifs de la Coalition sont donc de faciliter l’accès au digital, grâce à un réseau d’acteurs compétents et engagés.

Aujourd’hui la Coalition Tech For Good est composée de neuf acteurs de l’accompagnement tech avec des profils différents et complémentaires, pour accompagner au mieux les porteurs de projet. Deux critères les rassemblent cependant : l’impact est au cœur de leur modèle et ils proposent un accompagnement complet dans la mise en place d'un projet digital. Les porteurs de projet demandent un accompagnement sur le site internet de la Coalition, et sont ensuite dirigés vers l’acteur le plus pertinent pour répondre à leurs besoins, selon leur projet et leur forme juridique. Cela permet d’accompagner tous les porteurs de projets de l’ESS qui le souhaitent. 

Quels types d'outils peuvent être créés grâce à un accompanement tech? 

Les outils créés peuvent être à usage interne pour gagner en efficacité (type CRM – Gestion de la Relation Client en français) ou externe à destination des bénéficiaires. Share it a par exemple travaillé sur le projet LinkedOut avec l’association Entourage. L’objectif était d’accompagner plus de personnes en précarité vers l’emploi grâce à une plateforme qui permet le partage de CV à son réseau. Depuis octobre 2020, 200 personnes ont pu retrouver un emploi, soit 16 fois plus que lorsque c’était fait à la main par les équipes.  Share it a également accompagné l’association Signes de sens, pour développer une extension web permettant de traduire tous les mots d’un site internet en langue des signes. 

Une forte attention est portée sur les outils développés, afin qu’ils soient adaptés aux structures qui vont par la suite les utiliser : elles ne peuvent pas intégrer des outils trop coûteux et compliqués à entretenir sur le long terme. L’objectif des accompagnateurs de la Coalition est donc de concevoir des outils durables et accessibles. 

Les résultats de l’accompagnement varient donc en fonction des besoins initiaux des structures, mais l’accompagnement tech se positionne toujours comme un levier pour démultiplier l’impact des structures de l’ESS sans avoir à démultiplier les coûts humains et ainsi faciliter le changement d’échelle. 

L'ESS et la Tech for Good : quels sont les freins et comment les surmonter? 

 Marie Bellocq identifie quatre grands freins pour les acteurs de l’ESS sur les sujets tech : 

  • un frein de culture : certains acteurs ont une méconnaissance de ce que le digital peut leur apporter ; 
  • un frein d’expertise : beaucoup ne savent pas comment choisir et développer leurs solutions, car ils n’ont pas accès à ces compétences en interne ;
  • un frein financier : bien que des outils moins coûteux se développent, la tech coûte cher et du budget supplémentaire est souvent à prévoir (maintien des serveurs par exemple) ;
  • un frein de temps : un accompagnement tech se pilote comme un projet classique, il est donc important d’avoir un chef de projet dédié en interne pour le piloter.      

Elle met également en avant deux leviers pour que les acteurs de l’ESS s’emparent de ces sujets :

  • se défaire de l’idée qu’on n’est pas légitime sur la tech, car « cela s’apprend, chacun à son rythme et selon ses besoins » ;      
  • internaliser les bonnes compétences ou trouver des partenaires tech de confiance.

En savoir plus 

>> Consultez le site internet de Share it 
>> Consultez le site internet de la Coalition Tech for Good

>> Consultez le dossier ESS et Numérique de l'Avise

Sur la même thématique
Événement
Jeudi 2 juin, Metz
La Tournée des territoires entreprenants, à Metz le 2 juin
Événement
Mardi 21 juin, en ligne
Tournée des territoires entreprenants en Occitanie
Appel à projets et concours
6 mai 2022
AAP Quartiers culturels créatifs
Webinaire
Mercredi 18 mai 2022
webinaire_fai.png
Événement
1er avril - octobre 2022
La Tournée des territoires entreprenants
Quoi de neuf ?
Vient de paraître !
Livre blanc incubateurs
Appel à projets et concours
Mai 2022
AAP CEA