Vous êtes ici

Décryptage
Territoires

L'ESS, défricheuse des nouvelles relations villes-campagnes

Aujourd'hui, le modèle urbain n'est plus considéré comme le seul pertinent pour dessiner l'avenir du territoire français. Cependant, si les liens entre villes et campagnes sont appelés à se reconfigurer, ils demeurent souvent pensés uniquement dans leur complémentarité. Pour aller plus loin, quelques structures de l'économie sociale et solidaire (ESS) montrent le chemin.

Le « mutualisme » ville-campagne

Laetitia Verhaeghe, doctorante au sein de l’Unité Mixte de Recherche Géographie-Cités, travaille sur le (re)déploiement des relations villes-campagnes dans le cadre de la transition socio-écologique. Dans ce cadre, elle a identifié trois types de rapports entre mondes urbain et rural :

  1. Le premier s’incarne par la reconnexion des besoins des villes avec les ressources des campagnes situées à proximité.
  2. Le deuxième a trait au développement des filières de campagnes plus éloignées pour répondre aux besoins des villes.
  3. Face à ces deux modèles, la chercheuse oppose un troisième type qu'elle désigne par le terme de « mutualisme ville-campagne » : « Ici, nous ne sommes plus dans une lecture qui part des villes, mais dans une lecture conjointe ville et campagne. L’idée est que les acteurs publics et privés des villes et des campagnes se mettent ensemble pour mobiliser les ressources de leurs territoires afin de répondre à l’ensemble de leurs besoins, en les connectant à toute une série d’enjeux territoriaux ». 

De l'alimentation au foncier

Dans cette optique, un certain nombre de domaines font l'objet de collaborations innovantes dans lesquelles les structures de l'ESS sont souvent motrices, voire pionnières.

Claire Delfosse, professeure à l’Université Lumière Lyon 2 et directrice du Laboratoire d’études rurales, met en évidence l'entrée alimentaire, évoquant un « nouveau "pacte" qui engage grandes villes françaises et campagnes nourricières ». Les initiatives d'agriculture urbaine comme celles de l'association pour le soutien à une agriculture sur les toits ou de Toits vivants montrent bien qu'elles ne peuvent se suffire à elles-mêmes et qu'elles doivent forcément trouver des alliés en milieu rural, producteurs ou Amap. « L’alimentation solidaire est également l’objet de réseaux qui, depuis l’urbain, investissent progressivement les espaces ruraux » explique Claire Delfosse qui cite l'exemple du Groupement Régional Alimentaire de Proximité (GRAP), Scic créée à Lyon, « qui a désormais pour ambition de développer, sous forme de Scop en milieu rural, un lieu d’accueil pour des séminaires d’entreprises et des formations ». 

>> Découvrez l'étude « Les liens ville-campagne réinterrogés à travers les nouvelles préoccupations alimentaires urbaines » de l'Ecole Urbaine de Lyon

Cette approche alimentaire conduit à prendre en compte l'enjeu foncier, qu'après Terres de liens, pionnière en la matière, abordent chacune à leur façon les Scic de La Ceinture verte ou l'association Terres en villes, représentatives de ce nouveau mutualisme ville-campagne.

De nouveaux « pactes »

Le « pacte » dont parle Claire Delfosse pourrait se décliner sur d'autres thématiques - comme l'énergie, le tourisme, la santé, la culture, la mobilité, etc.

À l'heure où, crise sanitaire aidant, de plus en plus d'urbains aspirent à vivre en milieu rural (et pour une frange plus tout à fait marginale ont déjà sauté le pas), l’arrivée de ces nouveaux ruraux introduit à la fois de nouvelles pratiques (souvent incarnées dans des structures d'ESS) et de nouveaux besoins (le télétravail qui recoupe les besoins des ruraux comme celui d'être bien équipé en matière numérique par exemple).

Pour Nicolas Hazard, conseiller spécial en charge de l’économie sociale et solidaire auprès de la Commission européenne, et auteur d'un livre manifeste Le bonheur est dans le village,  « c'est un peu comme si l'ESS prenait sa revanche. Historiquement positionnée sur des secteurs d’intérêt général – prévention santé, éducation populaire, prise en charge de la dépendance…-, pionnière en matière de transition écologique – énergies renouvelables, économie circulaire, agriculture biologique…- et de modèles économiques alternatifs en passe de devenir la norme - circuits-courts, commerce équitable, auto-partage…-, cette autre manière de faire l’économie constitue désormais un modèle attractif ». Un modèle qui a aussi l'avantage d'être facilement appropriable par les citoyens qui s'engagent, comme l'illustrent les 70 000 associations créées annuellement et l'engouement pour les Scic ces dernières années. Claire Delfosse note un « intense mouvement associatif et d’économie sociale et solidaire, dont les réseaux transcendent souvent l’urbain et le rural et créent ainsi des formes d’hybridation ».

Transcender l'urbain et le rural

Compagnies théâtrales et artistes accueillis en résidence à la campagne où certains des membres, mobiles de par leur profession, choisissent d'habiter ; urbains confinés en rural en 2020 ou 2021 qui apprécient des services locaux qui bénéficient de leur présence ; échanges pédagogiques ou de loisirs qui s'inscrivent dans la durée ; entreprises de services délocalisées en rural (comme la Scop des éditions du Passager clandestin) ; l'organisation en octobre dernier des premiers états généraux du post-urbain dans un petit village limousin à l'initiative de l'universitaire Guillaume Faburel, auteur d'un Pour en finir avec les grandes villes sont autant de signes de cette hybridation entre le rural et l'urbain.

Une étude menée par le RTES en 2021 sur « ESS, territoires ruraux et urbains » conclut : « Les multiples flux qui s'observent entre les territoires urbains et ruraux marquent des dépendances réciproques et appellent à dépasser la compétition entre territoires en activant de nouvelles coopérations ». Parmi celles-ci, les « contrats de réciprocité ville-campagne » initiés en 2015 par le gouvernement avaient pour but de favoriser les partenariats d’égal à égal entre les villes et les campagnes

Pour de véritables « réciprocités », sans doute plus modestes, mais efficaces et à taille humaine, nul doute que les acteurs et actrices de l'ESS trouvent entièrement leur place !

En savoir plus

>> Consultez l'étude ESS, territoires ruraux et urbains, coéditée par POUR LA SOLIDARITE-PLS et le Réseau des collectivités Territoriales pour une Economie Solidaire (RTES)
>> Consulez l'étude Territoires urbains, ESS et innovation sociale, réalisée par l’Avise, France urbaine et le RTES
>> Consultez le Mode d'emploi : ESS et ruralités, réalisé par l'Avise et le RTES

Sur la même thématique
Événement
Mardi 21 juin, en ligne
Tournée des territoires entreprenants en Occitanie
Événement
Mardi 21 juin 2022
rrge.jpg
Quoi de neuf ?
Coopérations
faire_ensemble_2030.png
Événement
Les 9 et 10 juin 2022
universite_la_fonda.png
Quoi de neuf ?
Replays
webinaires Avise