Vous êtes ici

Evaluer

Méthodes d'évaluation : études de cas

Dernière mise à jour : le 14 Mai 2019
Méthodes qualitatives, quantitatives, monétaires... A l'épreuve du terrain, l'Avise propose plusieurs études de cas retraçant la mise en application de ces méthodes et proposant retours d'expériences et enseignements.

De nombreux outils et méthodologies d’évaluation existent, mais ils ne répondent pas tous aux mêmes objectifs. Le choix se fait notamment en fonction des enjeux et des moyens à disposition. Chaque démarche nécessitera des adaptations. Afin d’illustrer la pluralité de ces approches, voici cinq études de cas d’évaluation de l’impact social.

Approches qualitatives

Rappel : une étude qualitative vise à mieux comprendre les effets d’une action sur ses bénéficiaires, mieux qualifier l’utilité sociale d’une activité et repose sur la collecte de données et d’informations via des entretiens, des questionnaires, des groupes de parole…
L’étude de cas sur la démarche « d’auto évaluation » menée par France médiation montre comment un collectif d’associations a pu se saisir d’une démarche d’évaluation pour qualifier le métier de médiateur, comprendre et objectiver son utilité sociale.  

Pour en savoir plus, découvrez l'étude de cas "Evaluation de l'utilité sociale de la médiation sociale".

Approches quantitatives

Rappel : une évaluation quantitative consiste à définir, utiliser et suivre des indicateurs afin de vérifier l’atteinte ou non d’objectifs préalablement fixés en interne ou par un financeur. Par exemple : pour une structure d’insertion, le nombre de personnes accédant à un emploi après son passage dans la structure. 
On trouve ainsi différents types d’indicateurs, standardisés, sectoriels, personnalisés.
L’étude de cas sur l’utilisation d’un outil appelé « étoile de progression » montre comment la Fédération Adess à Domicile a pu mettre en œuvre des indicateurs personnalisés et les mettre au service du métier d’aide à domicile.

Pour en savoir plus, découvrez l'étude de cas "Étoile de progression des familles".

Approches monétaires

Rappel : les approches monétaires visent à valoriser en monnaie sonnante et trébuchante les bénéfices d’un projet pour la société ou pour les individus. Souvent, cette valorisation est confrontée aux sommes investies dans le projet ou les coûts évités grâce au projet.

Pour en savoir plus, découvrez les études de cas "Le retour social sur investissement de Passeport Avenir" et "l'évaluation d'impact économique local par Uniterres"

Approches causales ("impact net")

Pouvoir évaluer l’impact « net » de son projet nécessite de mettre en place des méthodes permettant d’établir la causalité entre une action et les résultats. Les approches les plus poussées établissent des comparaisons entre un groupe bénéficiaire d’un programme et un groupe non bénéficiaire. 

En 2010, en accord avec le Fonds d’expérimentation Jeunesse (FEJ), l’Association Nationale des Groupements de Créateurs ont mis en œuvre une évaluation d’impact par la méthode dite d’évaluation randomisée. 
 

De même, les premiers social impact bonds ou contrats à impact social ont également expérimenté ce type d’approche. 
Découvrez deux études de cas sur le sujet : 

Approches mixtes 

Il arrive fréquemment qu’un dispositif d’évaluation combine différentes approches (qualitatives, quantitatives, monétaires ou d’impact) pour répondre à différents enjeux d’évaluation, et utiliser la méthode appropriée / pertinente par rapport aux enjeux posés. 
Pour en savoir plus, découvrez le dispositif global d’évaluation de Voisins malins alliant études sociologiques, études randomisées et démarche d’auto évaluation.