Vous êtes ici

Décryptage
Accompagnement

Ronalpia expérimente l'accompagnement d'entrepreneurs sociaux en milieu rural

Le 4 avril dernier, Ronalpia organisait son premier comité de sélection de projets d’entrepreneuriat social en milieu rural dans la Biovallée (Drôme). Ce comité s’inscrit dans le cadre d’une démarche bien plus large, visant à améliorer l’accès aux programmes d’accompagnement pour les porteurs de projet éloignés des grands centres urbains, et ainsi favoriser l’émergence de solutions nouvelles dans les territoires. Décryptage.
  • Séminaire Ronalpia dans la Biovallée - mars 2019
    Séminaire Ronalpia dans la Biovallée - mars 2019

4 avril 2019, Biovallée (Drôme). Après la réception d’une vingtaine de candidatures de porteurs de projets et deux jours de préparation, dix projets passent devant un comité de sélection composé d’acteurs locaux de l’accompagnement et de techniciens de collectivités locales. 4 projets sont retenus pour constituer la première promotion d’entrepreneurs sociaux du territoire accompagnés par Ronalpia, Initiative Vallée de la Drôme Diois et l’association des acteurs de la Biovallée. Ils vont suivre durant les 9 prochains mois un programme d’incubation visant à les appuyer dans le lancement de leur entreprise sociale.

Cette promotion est le résultat d’une démarche plus large, entamée par Ronalpia en 2018, afin d’améliorer l’accès à ses programmes pour les porteurs de projets et entrepreneurs sociaux éloignés de ses zones d’implantation (Lyon, Saint Etienne et Grenoble). Explications par Jérémy Camus, responsable Développement territorial chez Ronalpia.

Un réel vivier d’entrepreneurs (sociaux) dans les territoires ruraux

A l’origine de la démarche, un constat : malgré la création d’un programme d’accompagnement à l’entrepreneuriat social à Lyon ensuite essaimé à Grenoble et Saint-Etienne, les équipes de Ronalpia continuent à recevoir des candidatures en dehors de leur zone de couverture territoriale. En 2017, 25% des projets candidats provenaient de territoires éloignés des grands centres urbains

Si ces porteurs de projet postulent, c’est probablement qu’ils n’ont pas identifié de dispositif adéquat proche de chez eux. Ronalpia décide donc de vérifier et lance en mars 2018 un processus d’exploration en partenariat avec la Région Auvergne-Rhône Alpes, afin de qualifier les besoins en accompagnement sur les territoires hors Métropole. Des acteurs territoriaux et des entrepreneurs sociaux ruraux sont rencontrés pour comprendre les besoins et s’assurer qu’aucun acteur de l’accompagnement ne soit déjà positionné sur le sujet. A l’été 2018, les résultats de l’étude-action concluent d’un intérêt d’aller plus loin et Ronalpia décide alors de lancer une expérimentation auprès de ces entrepreneurs qui ont la force de penser, dessiner et façonner le monde rural de demain :

  • qui créent des produits et services qui changeront le quotidien d’une personne ou la dynamique entière d’un territoire ;
  • qui s’efforcent de déployer des solutions concrètes et de s’allier aux acteurs de terrain pour faire, ensemble, bouger les lignes ;
  • qui prennent des risques, innovent et mettent leur temps, leur énergie et leurs compétences au service de l’intérêt général.

Des besoins spécifiques aux entrepreneurs isolés

Auprès des porteurs de projets, Ronalpia relève en effet un fort sentiment d’isolement. Eloignés du réseau de l’entrepreneuriat social, ces entrepreneurs qui inventent de nouvelles formes de projets et de nouveaux modèles économiques sont souvent seuls sur le territoire. Le premier intérêt d’un programme dédié semble donc résider dans la création d’une communauté de pairs, un espace de partage avec d’autres porteurs de projets et entrepreneurs qui traversent les mêmes problématiques. En plus de cela, la création d’une dynamique entrepreneuriale locale, par la création de promotions d’entrepreneurs accompagnés en parallèle, leur permettrait de partager une vision commune de l’entrepreneuriat social, de se rendre plus visibles, de renforcer leur réseau, etc.

De plus, après avoir tenté d’accompagner des porteurs de zones éloignées au sein de leur programme en métropoles, Ronalpia réalise également que cela les place hors sol par rapport à leur territoire d’implantation (avec par exemple l’identification de premiers clients sur Lyon et non sur leur territoire). Hors, l’ancrage local est précisément l’une des caractéristiques cœur de l’entrepreneuriat social. Un programme délocalisé permettrait donc de renforcer cet ancrage via la mise en réseau avec des acteurs du territoire, qu’ils soient financeurs ou partenaires privés, et ainsi d’appuyer des démarches d’économie circulaire et de proximité. 

Une expérimentation multiforme sur 6 territoires

A la suite, Ronalpia décide donc de lancer plusieurs expérimentations autour de programmes d’accompagnement sur 6 territoires, trois en Rhône-Alpes et trois en Auvergne. Chaque programme est différent, en fonction des acteurs locaux en présence, et afin de tester différentes modalités de déploiement, d’animation et de coordination d’un incubateur en ruralité.
 
C’est sur un territoire en pleine zone de revitalisation rurale où Ronalpia a décidé de lancer sa première expérimentation : la Biovallée dans la Drôme. Contrairement aux idées généralement reçues sur les territoires ruraux, « non, il n’y a pas d’entrepreneurs sociaux chez nous », le vivier de candidats s’avère important (20 dossiers sur trois communautés de communes vs. 100 sur Lyon, Grenoble et Saint-Etienne).
 
Un premier séminaire de préparation à l’incubation est organisé avec 15 porteurs présélectionnés en mars dernier. Au programme, deux jours pour passer à travers les questionnements soulevés lors des neuf mois d’incubation : mission sociale, proposition de valeur, sources de revenus, etc. Ces deux jours s’avèrent précieux pour les porteurs de projets, qui confrontés à une lecture économique « classique », avaient parfois dévoyé leur mission sociale pour coller aux attentes des financeurs.

Une promotion tournée vers les transitions

A la suite de ces deux jours, un comité de sélection est organisé pour distribuer les quatre places disponibles. Ces projets constituent une promotion diversifiée, axée autour des transitions au sens large :

  • Un projet autour de la réinvention du monde de l’éducation, sur un territoire fertile en écoles alternatives, via la mise en réseau d’acteurs et l’apport de nouvelles formes d’éducation ;
  • Un projet sur la permaculture, afin de la mettre au service des projets d’aménagement du territoire ;
  • Un projet autour des services de proximité, via la création d’une conciergerie de territoire ;
  • Un projet de compostage, afin de le rendre accessible pour n’importe quel habitant en milieu rural.

Enjeux et prochaines étapes

Les neuf mois d’incubation vont donc débuter pour les entrepreneurs drômois : neuf jours de formation collective sur trois mois, 18h de suivi par un accompagnateur stratégique individuel pour faire prendre du recul sur le projet et appuyer sur les décisions stratégiques, et une connexion à la communauté d’entrepreneurs de Ronalpia en partie à travers des événements régionalisés.
 
Sur un territoire rural proche Métropole, en lien direct avec la Communauté d’agglomération de l’Ouest Rhodanien et la Communauté de communes du Pays de l’Arbresle, un appel à candidatures a été lancé ces dernières semaines et déjà plus de 20 entrepreneurs ont exprimé leur besoin d’accompagnement.
 
En Auvergne, en partenariat avec Coco Shaker, des discussions se poursuivent avec l’Allier, le Cantal et le PNR Livradois Forez, avec pour ambition de repérer un partenaire totem déjà connecté et identifié par son écosystème local sur chacun de ces territoires, et qui voit la mise en place d’un programme d’incubation comme une proposition de valeur supplémentaire.
 
Les enjeux ? Montrer la voie à d’autres territoires, en illustrant qu'il y a un réel potentiel d’entrepreneuriat social, contrairement à se qui peut être supposé. Pour les collectivités locales, "l’entrepreneuriat social" véhicule des images faussées, il apparaît donc plus adapté de déployer la notion "d’entrepreneuriat de territoire", via la création d’entreprises qui répondent aux besoins sociaux et environnementaux des territoires.

Une ambition commune au projet TRESSONS

Visant à renforcer l’impact de l’ESS en milieu rural, le projet TRESSONS mené par l’Avise et le RTES souhaite précisément appuyer l’amplification de ces dynamiques d’accompagnement dans les territoires ruraux. En savoir plus

Un groupe de travail dédié au sein de la Communauté émergence & accélération va être lancé prochainement sur le sujet, afin de créer une dynamique collective sur le sujet et de permettre aux incubateurs et autres accompagnateurs d’échanger sur leurs expériences et leurs bonnes pratiques.
 

En partenariat avec

feader
marianne
reseaurural_logo.jpg
feader europe
Sur la même thématique
Événement
Jeudi 17 octobre 2019
Les 10 ans du dispositif Fabrique à initiatives : Vivez l’expérience ! - 17 octobre 2019
Événement
Septembre-octobre 2019
Evénements Avise septembre-octobre 2019
Événement
Mardi 8 octobre 2019
Rencontre ESS et Création de valeur, organisé par Le labo de l'ESS, la Fonda et l'Avise, le 8 octobre 2019
Action en région
Occitanie
InSite
Décryptage
Regard d’acteur
adar.png
Décryptage
Accompagnement
Pulsactions photo
Action en région
Pays de la Loire
Entreprendre dans les territoires
Quoi de neuf ?
Vient de paraître !
Etude TRESSONS 2019