Vous êtes ici

Les différents types d'entreprises de l'IAE

Dernière mise à jour : le 30 Janvier 2019
Les Structures d'insertion par l'activité économique (SIAE) ont comme ambition commune d’accompagner vers l’emploi des personnes qui en sont éloignées. Elles prennent cependant différentes formes pour y parvenir, selon leur activité d’insertion et leur modèle économique.

Près de 4 000 SIAE en France

136 000 salariés travaillent chaque année dans près de 4 000 Structures d’insertion par l’activité économique (SIAE), selon les chiffres 2017 de la DARES (direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques).

Les SIAE n’ont pas de forme juridique dédiée. On trouve aussi bien des associations et des coopératives (SCOP, SCIC) que des SARL. On les classe communément en deux catégories :

  • Celles qui produisent des biens et/ou des services :
    Ateliers et chantiers d’insertion (ACI)
    Entreprises d’insertion (EI)
     
  • Celles qui mettent à disposition du personnel :
    Associations intermédiaires (AI)
    Entreprises de travail temporaire d’insertion (ETTI)

Les Groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification (GEIQ), qui sont également une composante de l’IAE, mettent à disposition du personnel auprès de leurs entreprises adhérentes. Les Régies de quartier peuvent, quant à elles, relever de l’une ou l’autre de ces deux catégories selon leur conventionnement.

Quatre conventionnements

Ateliers et chantiers d’insertion (ACI)
Les ACI proposent un accompagnement et une activité professionnelle à des personnes en parcours d’insertion. Ces activités s’inscrivent dans le champ de l’utilité sociale, ce qui permet de ne pas distordre la concurrence. La commercialisation de leurs biens est encadrée : les recettes engendrées ne peuvent couvrir qu’une part inférieure à 30% des charges liées à leurs activités (50% dans certains cas).
>En savoir plus

Entreprises d’insertion (EI)
Les EI s’inscrivent dans le secteur marchand. Elles fonctionnent comme des entreprises classiques, leur chiffre d’affaires étant en grande partie le fruit de la commercialisation de leur offre de biens et services, mais ont pour spécificité d’embaucher des personnes en parcours d’insertion.
>En savoir plus

Entreprises de travail temporaire d’insertion (ETTI)
Les ETTI œuvrent dans le champ de l’intérim en ayant pour spécificité de proposer des missions auprès d’entreprises utilisatrices à des personnes en parcours d’insertion.
>En savoir plus

Associations intermédiaires (AI)
Les AI assurent l’accueil, le recrutement et le suivi de personnes en parcours d’insertion et mettent à disposition ces dernières auprès d’utilisateurs (entreprises, associations, collectivités locales ou particuliers) dans le cadre de contrats de mise à disposition. Leur activité est ainsi le prêt de main d’œuvre à titre onéreux mais à but non lucratif.  
>En savoir plus

Un label et une reconnaissance

Groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification (GEIQ)
Les GEIQ sont des associations agissant pour l’inclusion de personnes en difficulté d’insertion et généralement associés à l’insertion par l’activité économique. Les GEIQ réunissent un collectif d’entreprises embauchant des personnes en parcours d’insertion pour les mettre à disposition des adhérents du groupement. Ces derniers mutualisent ainsi un outil de recrutement, de qualification et d’accompagnement de nouveaux salariés. Il ne s’agit pas d’un conventionnement mais d’une « reconnaissance », accordée selon un cahier des charges spécifique de la Fédération française des GEIQ, approuvé par le Ministère de l’Emploi.
>En savoir plus

Régies de quartier et de territoire
93% des Régies de quartier et de territoire (en milieu rural) ont un conventionnement en tant qu’atelier et chantier d’insertion et/ou entreprise d’insertion. Ce n’est toutefois pas un conventionnement IAE à proprement parler, mais une « marque » portée par un réseau, le Comité national de liaison des Régies de quartier (CNLRQ). Le label suppose que l’association s’implique dans l’économie solidaire et le développement local en faisant participer les habitants. Elles sont implantées dans 320 quartiers prioritaires et visent à répondre aux besoins de leurs territoires, qu’il s’agisse d’améliorer le cadre de vie, de développer des services à la personne ou des activités d’utilité sociale.

Sur la même thématique

Portraits

Accompagner les publics les plus fragiles vers la mobilité autonome
Réduire la fracture mobilité des publics précaires
Lutte contre l’exclusion via l'économie circulaire
Lutte contre l’exclusion via des activités informatique et web
Insertion socio-professionnelle via la mécanique vélo et l'acceuil du public
Insertion sociale et professionnelle & éco-construction
Insertion sociale et professionnelle de personnes en difficulté
Proposer des services de conciergerie solidaires, écologiques et inclusifs.

Actualités

Interview
Valérie Fernani, directrice d’API'UP
Valérie Fernani, directrice de Api'Up
Interview
Pierre Deleforge, co-fondateur de RézoSocial
Pierre Deleforge, co-fondateur de RézoSocial
Quoi de neuf ?
Politique inclusion
Lancement Conseil inclusion emploi -  ©Croix Rouge 2018
Événement
Jeudi 29 novembre 2018
Quelle stratégie territoriale pour l'emploi ?, 29 nov 2018
Appel à projets et concours
Jusqu'au 30 septembre 2018
Appel à projets FSE partenariat insertion Avise
Événement
Mardi 19 juin 2018
Soirée Start-up de territoire 2 Bordeaux
Événement
Lundi 28 mai 2018
Salon Handicap, emploi & achats responsables 2018
Appel à projets et concours
Jusqu'au 31 mai 2018
Grands Prix de la finance solidaire 2018
Appel à projets et concours
Jusqu'au 4 mai 2018
AàP 2018 Fondation Afnic
Appel à projets et concours
Jusqu'au 20 avril 2018
Start-Up de Territoire #2
Formation
Mardi 3 avril 2018
Conférence RTES "collectivités et garages solidaires"