Vous êtes ici

Léo à table

Créé en 2017 à Rouen, Léo à table est un restaurant d’insertion qui forme et professionnalise des demandeurs d’emploi et des jeunes sous main de justice aux métiers de la restauration.

Une entreprise d'insertion pour dynamiser un quartier peu valorisé

Les Ateliers des Hauts est l’association porteuse du projet Léo à table. Elle est elle-même une émanation de l’association d’insertion Interm’Aide Emploi, créée en 1987, et co-fondatrice du groupement d’économie solidaire (GES) Archimaide 76

En tant que membre du réseau Coorace, l’entreprise d’insertion inscrit ses actions dans une démarche fondée sur la coopération et l’utilité sociale et territoriale. Elle articule son activité autour de trois axes :

  • la promotion des personnes et le renforcement de leurs capacités et de leurs droits,
  • le développement d’activités créatrices de richesses et d’emploi,
  • la promotion des coopérations territoriales structurantes. 

Implantée dans un quartier prioritaire de la Ville (QPV), les Hauts de Rouen, elle a repris un ancien restaurant fermé pour y développer une activité en adéquation avec ses engagements. Comme le raconte Grégory Lamare, son directeur : « On a vu dans ce local, dont les murs appartiennent à la mairie, l’occasion de lancer une nouvelle dynamique dans un quartier à faible attractivité touristique et dont le niveau d’activité économique est bas ».

Pour rendre cet endroit attrayant et fonctionnel, il a d'abord fallu entreprendre des travaux de rénovation et de décoration. L’association a été soutenue dans son projet par la ville de Rouen, la préfecture, ainsi que par le dispositif régional Émergence ESS. Elle a pu aussi s’appuyer sur Interm’Aide Emploi qui, forte de son expérience en ce domaine, a accompagné le projet et consenti un prêt de trésorerie à la création. 

Le recrutement se fait préférentiellement sur le quartier. Par ailleurs, un partenariat a été mis en place depuis 2017 avec la protection judiciaire de la jeunesse pour permettre à des jeunes sous main de justice de découvrir les métiers de la restauration (en salle et en cuisine). 

Produits biologiques, circuits courts et qualité du service

Avec deux cadres permanents à temps plein et huit salariés en CDDI (contrat à durée déterminée d’insertion), Léo à table a su fidéliser une clientèle diversifiée, composée de salariés d’entreprises locales, de visiteurs professionnels mais aussi d’habitants du quartier et d’ailleurs. 

Si les clients reviennent, c’est évidemment pour la qualité du travail fourni, tant par les encadrants que par le personnel en insertion. Car il a toujours été clairement exprimé par les membres du conseil d’administration que Léo à table devait offrir la même qualité culinaire qu’un restaurant classique. Il propose donc une cuisine de qualité qui privilégie les produits issus de l’agriculture biologique et de circuits courts. Le personnel veille à une présentation soignée des plats et un service à l’avenant. Le tout en maintenant des prix très abordables. 

En dehors des heures de repas, on peut y faire une pause café-thé ou limonade et y acquérir du miel produit par Happy-Culture citadine, un chantier d’insertion formant depuis 2014 des apiculteurs en milieu urbain. 

« Le projet est une vraie réussite en termes d’implantation, de qualité, d’insertion, de mixité sociale et d’attractivité pour le territoire des Hauts de Rouen », se félicite Grégory Lamare. 

Savoir s’adapter et rebondir : la recette fétiche du projet

Cependant certaines caractéristiques rendent l’équilibrage des comptes difficile. Léo à table est une entreprise d’insertion dans un secteur où les marges sont fragiles, surtout lorsque les produits sont de qualité et les prix abordables. De plus, en raison du faible potentiel de clientèle en soirée et de l’absence de touristes sur le secteur, l’ouverture du restaurant est limitée au service du midi, cinq jours par semaine. 

Il a donc fallu réfléchir à comment mieux exploiter le potentiel de la cuisine et améliorer le chiffre d’affaires. À partir de janvier 2018, l’offre s’est diversifiée avec l’ouverture à la location d’une salle de séminaire, contiguë au restaurant et pouvant accueillir 50 personnes, avec un service de buffet. 

Depuis février, Léo à table organise également des soirées musicales à thème, au rythme d’une par mois. Le restaurant y propose alors des plats en lien avec le thème du jour. C’est l’occasion pour certains des salariés de présenter leur culture d’origine. 

Puis, en juin, l’association a mis en place un service de livraison de repas, Léo part en ville, nouvelle expérience qui permet l’acquisition de nouvelles compétences. 

Avec ce regain d’activité, l’association a consolidé son modèle économique et a pu fièrement afficher un résultat excédentaire en 2019. Malheureusement, la crise sanitaire a mis un frein à tout cela : deux fermetures administratives, restrictions, mise au chômage partiel des salariés… 

Le conseil d’administration n’a pas attendu pour réagir : « il a été décidé de maintenir l’activité pour le territoire et les salariés en insertion, en développant la compétence du restaurant dans l’offre de plats à emporter, en développant le site d’achat en ligne leopartenville.com et en s’équipant de nouveaux matériels » précise son directeur. Grâce à cette réactivité, à l’adhésion des salariés et à la confiance des clients, le restaurant a pu traverser la crise et a pu envisager plus sereinement sa réouverture. 

De plus, la crise ayant fait naître d’autres besoins, l’association a décidé d’ouvrir un point de vente automatique (PVA), avec des partenaires locaux,dans lequel les habitants pourront trouver des produits locaux, des légumes issus du chantier d’insertion en maraîchage urbain d’Interm’Aide Emploi et les plats à emporter de Léo à table. Une dynamique partenariale dont l’association a profité pour lancer le pôle territorial de coopération économique (PTCE) Archibon, avec pour objectif de créer une nouvelle micro-filière alimentaire sur le territoire.

Les Ateliers des Hauts a été lauréat, en 2021, de l’appel à projets « Développer les coopérations économiques au service de l’innovation sociale, de l’inclusion et de l’emploi sur les territoires » lancé par l'Avise, via l'organisme intérmédiaire du Fonds social européen (FSE) qu'elle porte.

: accompagner l’émergence d'une micro-filière agro-alimentaire via la constitution du PTCE « Archibon » pour développer une offre à destination de publics précarisés.

Quelques Chiffres
70
couverts quotidiens
3
salariés permanents
8
salariés en contrat à durée déterminée d’insertion
Domaine d'activité :
Insertion par l'activité économique et restauration
Nombre de salariés :
11
Année de création :
2017
Finalité sociale :
accompagner et former des jeunes sous main de justice et des demandeurs d’emploi à travers la restauration
Léo à table
1, rue Georges Braque
76000 Rouen
France
02 76 61 65 65
Le restaurant d'insertion Léo Table