Vous êtes ici

Facteurs clés et obstacles à la création d'entreprises sociales

Amandine Barthelemy et Romain Slitine, deux chercheurs de l’Institut de l’Innovation et de l’Entrepreneuriat Social de l’ESSEC, établissent dans cette étude des facteurs de succès et des obstacles à la création d’une entreprise sociale.

Quelles sont les causes du succès ou de l'échec d'un projet d'entreprise sociale ?

Ce cahier de l’Institut de l’Innovation et de l’Entrepreneuriat Social (IIES) de l’ESSEC identifie les conditions de succès et les freins à la création d'entreprises sociales en phase d'amorçage, à partir de l'étude menée par deux experts de l'IIES. La lecture de ce document peut éclairer les créateurs d’entreprises, notamment sociales, mais aussi les financeurs.
L'étude a été confiée à Amandine Barthélémy et Romain Slitine, chercheurs à l'IIES, sous la direction de Marie Trellu-Kane et sous le contrôle académique de Thierry Sibieude. Elle a été réalisée à la suite de la demande du Conseil d'Administration d'Antropia, qui a souhaité tirer les leçons des expériences de porteurs de projet accompagnés dans le cadre de l'incubateur.

Pour établir les facteurs explicatifs du succès et de l'abandon de projets d'entreprises sociales, l'enquête a été menée auprès d'entreprises via la rencontre avec les porteurs et avec des accompagnateurs et financeurs de leur projet. Les entretiens ont été complétés par l'étude du business plan et de documents relatifs à la vie de l'entreprise créée. Les projets d'entreprises étudiés ont, dans leur grande majorité, été incubés par Antropia, l'incubateur de l'ESSEC et l'un des projets opérationnels de l'IIES. 

Le rapport met en lumière l'importance de l'accompagnement des porteurs de projet en phase d'amorçage - à condition qu'il soit adapté aux spécificités d'une entreprise sociale - celui-ci étant identifié comme un facteur de succès majeur : cinq ans après leur création, seules 46 % des entreprises existent encore, contre 70 % des entreprises accompagnées.
Parmi les freins au développement de l'activité, on trouve "une sous-estimation du temps d’émergence des projets d’entrepreneuriat social", liée au fait que le temps de maturation d'un projet social est en moyenne plus long que celui d'une entreprise classique, notamment en raison du montage d'un modèle économique plus complexe.
 

Au sommaire

  • Revue de la littérature ;
  • Analyse des facteurs clés de succès et des obstacles à la création d’une entreprise sociale ;
  • Monographie des entreprises sociales étudiées.
facteurs_cles_succes.png
Catégorie
Repère / analyse
Auteur(s)
Institut de l’Innovation et de l’Entrepreneuriat Social de l’ESSEC
Date d'édition
Septembre 2010