Vous êtes ici

Interview
Financer l’ESS

#3 L’inclusion numérique dans l’éducation est un sujet essentiel

Quels sont les objectifs d’impact et les critères de sélection de la Banque des Territoires quand elle investit dans des entreprises de l’économie sociale et solidaire (ESS) ? De quelle manière les projets soutenus répondent-ils à des enjeux de société majeurs tels que la santé et le vieillissement, l’éducation et l’emploi, la formation ou encore l’économie circulaire ? L’Avise a rencontré les responsables des équipes d’investissement de la Banque des Territoires afin de mieux comprendre comment celle-ci soutient les entreprises de l’ESS. Pour le troisième volet de cette série d’interviews : rencontre avec Nicolas Turcat, responsable du pôle Éducation, inclusion et services au public. 

Partenaire historique de l’Avise depuis sa création en 2002, la Caisse des Dépôts investit depuis plusieurs années dans des entreprises de l’ESS ayant déjà atteint une certaine maturité. Réunies dans le département Cohésion Sociale et Territoriale de la Banque des Territoires, cinq équipes d’investissement s’attellent à sélectionner les projets les plus prometteurs dans différents domaines. Rencontre avec Nicolas Turcat, responsable du pôle Éducation, inclusion et services au public.  

Que recouvre le pôle Éducation, inclusion et services au public et quel est le rôle de la Banque des Territoires sur ces sujets ?  

En matière d’éducation, beaucoup de dispositifs numériques ont été déployés depuis près de 20 ans en France ; les plus connus sont les espaces numériques de travail. L’enjeu est d’accompagner les collectivités territoriales qui ont la compétence pour déployer ces projets numériques éducatifs, et notamment les collectivités les plus fragiles, les plus rurales et celles qui comprennent des quartiers politique de la ville. 

Notre premier rôle est de structurer la filière que l’on appelle la « EdTech », le secteur des technologies innovantes, à destination des enseignants et des collectivités. Dans cet objectif, nous finançons des études de marché et nous sommes partenaires de EdTech France, qui à la fois regroupe les entreprises françaises du secteur et qui est prescripteur. Nous finançons également des projets d’accompagnement à travers l’appel à projets « Numérique inclusif, numérique éducatif », car il y a un vrai sujet d’inclusion en matière de numérique éducatif, avec des parents de décrocheurs qui ne consultent pas via les outils numériques les bulletins scolaires, le cahier de texte, etc. Les acteurs qui répondent à cet appel à projets sont des centres communaux d’action sociale, des missions locales, des associations de terrain et d’éducation populaire, des EdTech aussi qui nouent des alliances avec des acteurs de terrain.   

Notre deuxième rôle consiste à opérer pour le compte de l’État le programme d’investissement d’avenir (aujourd’hui France 2030) sur l’éducation pour un montant de 650 millions d’euros, avec un parti pris très fort qui consiste à soutenir des projets territoriaux réalisés pour les territoires par les territoires. Les acteurs de l’ESS peuvent candidater à notre nouvel appel à projets « Innovation dans la forme scolaire », pour lequel des consortiums sont en train de se monter à l’échelle des académies.  

Enfin, nous investissons en fonds propres dans des sociétés « EdTech for good », des EdTech qui s’attellent à résoudre des problèmes sociaux importants, notamment pour des publics et des territoires fragiles. Nous avons investi dans Index Education, détenteur de la solution ProNote, qui est le premier éditeur français de gestion de vie scolaire, pour des questions de souveraineté des données numériques éducatives. Nous avons également investi dans Mobidys qui développe un format de livres approprié aux lecteurs dyslexiques, appelé « FROG ». Une autre participation a été prise dans MyFuture, une solution d’orientation pour les jeunes de 15 à 25 ans qui fonctionne particulièrement bien dans les quartiers politique de la ville. Nous cherchons des projets qui permettent de passer à l’échelle le numérique éducatif, c’est-à-dire d’avoir un numérique éducatif contrôlé et qui a un impact en matière de réussite scolaire et d’attractivité pour des populations fragiles et éloignées du numérique. 

Et en matière d’inclusion numérique ? 

Nous avons également ce triple rôle sur l’inclusion numérique. Sur le volet structuration, nous avons un partenariat avec la MedNum, la coopérative qui regroupe l’ensemble des acteurs de la médiation numérique. Nous lançons des appels à projets et appels à manifestation d’intérêt, par exemple sur la télémédecine et l’inclusion numérique ou encore sur l’accompagnement des TPE, artisans et commerçants les plus éloignés des pratiques numériques. Nous observons ainsi comment fonctionnent les projets à l’échelle des territoires.    

Pour le compte ou aux côtés de l’État, nous déployons et animons les maisons France Services qui accueillent des services publics et qui permettent de trouver de l’aide face à une offre qui s’est complètement dématérialisée. Et nous opérons également le déploiement et l’animation des conseillers numériques France Services, qui viennent aider les bénéficiaires dans leurs usages numériques du quotidien. 

Nous avons enfin investi en matière d’inclusion numérique dans la coopérative Aptic qui est l’opérateur du pass numérique. Ce dispositif permet de rémunérer les médiateurs numériques, tout en offrant la gratuité aux publics. Et nous avions déjà auparavant investi dans Simplon sur le développement des compétences numériques.   

A quel stade d’avancement des projets vous positionnez-vous ? 

La EdTech sur le champ scolaire est assez peu mature actuellement, il y a beaucoup de structures en amorçage, donc nous sommes avant la série A [terme utilisé pour le financement d’une start-up : première levée de fonds après une phase d’amorçage du projet]. Les séries A sont d’ailleurs prises en charge par d’autres dispositifs, Bpifrance ou Educapital et Brighteye ventures qui sont deux fonds français de la place. Avec mon pôle, nous cherchons clairement à démontrer l’impact des entreprises EdTech, un sujet épineux. Le débat concernant l’impact du numérique sur la réussite scolaire a bien 10 ou 15 ans et n’est toujours pas arbitré… 

Quels sont justement les critères que vous regardez en priorité pour évaluer cet impact ?  

La première question que l’on se pose, c’est : est-ce qu’il y a des usages ?  La massification des usages change beaucoup les choses, avec des acteurs tels que les GAFAM qui préemptent le marché. Les acteurs éducatifs n’utilisent pas d’outils spécifiques mais des outils très communs qu’ils s’approprient – c’est ce qu’on appelle la « commoditisation » d’un secteur. Il faut donc que la solution capitalise sur ces usages. Deuxième critère : l’importance de l’enjeu auquel nous répondons. Il y a les usages numériques réduits des habitants des quartiers politique de la ville et des territoires très ruraux, la question de la reproduction sociale du fait des conseils sur l’orientation dont certains enfants bénéficient et pas d’autres, le handicap et le besoin d’accessibilité des services… Un prochain sujet pour nous sera celui de l’apprentissage des langues étrangères, qui est un facteur de réussite et pour lequel les EdTech peuvent être utiles. Nous nous intéressons à ces tensions particulières sur lesquelles les collectivités territoriales sont positionnées. Personne ne peut dire que tel outil permettra de raccrocher des enfants, ce serait du « solutionnisme » technologique, alors que dans la réalité ces enjeux sont multifactoriels.    

Nous identifions notamment des solutions au cours des appels à projets, portés dans le cadre de France 2030 et en fonds propres. Nous accompagnons aussi des projets de EdTech à impact à travers l’accélérateur Passerelles que nous avons monté avec Makesense. Ces différents dispositifs nous permettent de suivre des projets, de contribuer à leur développement, tout en ayant la possibilité d’investir plus tard dans certains d’entre eux.     

Quelles opportunités souhaitez-vous mettre en avant auprès des porteurs de projet qui vous lisent ? 

L’inclusion numérique dans le champ de l’éducation est un sujet essentiel mais encore émergeant. L’appel à projets « Numérique inclusif, numérique éducatif » est très important car l’accompagnement humain du déploiement de ces outils et de cette EdTech est fondamental. Par ailleurs, si vous avez un projet de territoire dans le champ de l’inclusion numérique par les territoires pour les territoires, si vous êtes une collectivité ou une association de terrain, rapprochez-vous des hubs territoriaux pour un numérique inclusif qui sont aujourd’hui nos interfaces d’ingénierie territoriale. Ces 15 hubs sont là pour accompagner les porteurs de projet, favoriser des mutualisations, et capitaliser sur des communs.   

 A propos de la Banque des Territoires
Créée en 2018, la Banque des Territoires est un des cinq métiers de la Caisse des Dépôts. Elle rassemble dans une même structure les expertises internes à destination des territoires. Porte d’entrée client unique, elle propose des solutions sur mesure de conseil et de financement en prêts et en investissement pour répondre aux besoins des collectivités locales, des organismes de logement social, des entreprises publiques locales et des professions juridiques. Elle s’adresse à tous les territoires, depuis les zones rurales jusqu’aux métropoles, avec l’ambition de lutter contre les inégalités sociales et les fractures territoriales. La Banque des Territoires est déployée dans les 16 directions régionales et les 37 implantations territoriales de la Caisse des Dépôts afin d’être mieux identifiée auprès de ses clients et au plus près d’eux.
Pour des territoires plus attractifs, inclusifs, durables et connectés. www.banquedesterritoires.fr

>> En savoir plus : 

>> Découvrir les autres interviews de la série :

En partenariat avec

banque des Territoires logo
Sur la même thématique
Interview
Financer l’ESS
BenoitSenechal_Bdt.png
Interview
Rapport d'activité 2021 - édition spéciale 20 ans
HuguesSibille.png
Projet inspirant
Rapport d'activité 2021 - édition spéciale 20 ans
RA2021Territoires.png
Décryptage
L'Avise a 20 ans
jsa.png
Webinaire
Le 29 juin 2022
copie_de_modele_actu_partenaire_653x342_a_dupliquer_16.png
Interview
Rapport d'activité 2021 - édition spéciale 20 ans
RA2021_JGHenckel
Appel à projets et concours
Jusqu'au 21 juin 2022
copie_de_modele_actu_partenaire_653x342_a_dupliquer_19.png