Vous êtes ici

Décryptage
Petites villes de demain

L'ESS, partenaire des Petites villes de demain

Plus de 1 600 territoires en quête de revitalisation ont été retenus dans le programme Petites villes de demain piloté par l'Agence nationale de cohésion des territoires (ANCT) et doté de 3 milliards d'euros sur six ans. Comment ces centre-bourgs souhaitent-ils associer les acteurs de l'économie sociale et solidaire (ESS) dans la co-construction de leur projet de territoire ? Quelles sont leurs attentes ? Cécile Gallien, maire de Vorey-sur-Arzon (Haute-Loire) et Jean-Marc Dumont, président de la communauté de commune du Bocage Bourbonnais (Allier), ont répondu à nos questions.
  • La forteresse de Bourbon-Larchambault
    La forteresse de Bourbon-Larchambault
  • Vorey-sur-arzon
    Vorey-sur-arzon
  • Jean-Marc Dumont - Président CC Bocage Bourbonnais
    Jean-Marc Dumont - Président CC Bocage Bourbonnais
  • Céline Gallien - Maire de Vorey-sur-arzon
    Céline Gallien - Maire de Vorey-sur-arzon

Zoom sur deux Petites villes de demain

D'un côté Bourbon L'Archambault, petite ville thermale de l'Allier de 2 500 habitants, son château, son casino, son hôpital désaffecté au cœur du bourg, son nouvel hôpital en périphérie, sa population en baisse et un taux élevé de ménages précaires. De l'autre, Vorey-sur-Arzon : 1 500 habitants dans la vallée de la Loire, au large du Puy-en-Velay, 700 lits touristiques sur le chemin de Compostelle, ses deux PME industrielles qui tiennent, sa maison de retraite et le double enjeu de la diversification des activités et du renforcement de l'offre immobilière afin d'accueillir plus de familles tout en favorisant le maintien au domicile des plus âgés. Ces deux centre-bourgs font partie des 1 600 communes qui vont bénéficier de l’offre du programme Petites villes de demain lancé à l'automne dernier. À la clé, un soutien à l'ingénierie de projet de territoire, des financements, notamment pour mettre en œuvre le projet de territoire et financer le poste chef de projet (à hauteur de 75 %), et l’accès au réseau des Petites villes de demain.

Conforter la centralité

Petites villes de demain vise à améliorer les conditions de vie des habitants des petites communes et des territoires alentour, en accompagnant les collectivités dans des trajectoires dynamiques et respectueuses de l’environnement. Le programme a pour objectif de renforcer les moyens des centre-bourgs et leurs intercommunalités (moins de 20 000 habitants) exerçant des fonctions de centralités : commerces, services publics, services aux habitants. 

Dans le cas de Bourbon L'Archambault, le projet de territoire sera porté par la communauté de commune du Bocage Bourbonnais pour y associer Le Montet, l'autre centre-bourg lauréat du programme de revitalisation. En Haute-Loire deux autres communes sont lauréates, dont Allègre avec qui Vorey partagera son chef de projet

Le mot clé pour la réalisation du projet de territoire est la "co-construction". À charge pour la collectivité et le chef de projet d'animer la participation de l'ensemble des parties-prenantes, dont le tissu ESS du territoire.

Valoriser les ressources déjà présentes sur le territoire pour renforcer son attractivité  

Vorey-sur Arzon et le Bourbonnais sont riches d'un tissu associatif fort.

Dans le Bocage Bourbonnais, terre d'accueil historique - d'abord avec les mines, l'accueil de migrants agricoles puis des immigrés suite à la guerre d'Indochine -, les associations sont nombreuses. En outre, une expérimentation Territoire Zéro Chômeurs de Longue durée va être prochainement lancée.

À Vorey, la Maison de retraite est associative, ainsi que la crèche parentale, sans oublier l'ouverture récente d'un magasin de producteurs. « Mais nous n'avons pas cette culture ESS , regrette Cécile Gallien, maire de Vorey. Nous méconnaissons ces nouveaux modèles d'économie collaborative comme les Scic, parfois même nous ne connaissons pas leur existence, et nous manquons d’exemple. » Or, elle en est convaincue : « le développement passe avant tout par les hommes et les femmes du territoire. Il nous faut absolument tisser les liens entre la population récente et les plus anciens pour construire ces nouveau modèles d'économie collaborative. C'est un élément fort pour la diversification des activités ». L'élue dispose tout de même d'un exemple avec la création récente d'un magasin de producteurs, fruit de la rencontre d'une nouvelle génération d'agriculteurs ayant repris l'exploitation familiale ou fraîchement installés. « Notre rôle d'élu est de tout faire pour que la mayonnaise prenne », image-t-elle.
 
Jean-Marc Dumont, président de la communauté de communes du Bocage Bourbonnais, partage ce même constat sur le ressort que représente l'ESS pour la revitalisation des territoires : « aujourd’hui, le développement d’un territoire rural comme le nôtre - qui doit faire face à la précarité, la dépendance, le vieillissement - passe par du développement endogène et à chaque fois qu’on est dans une démarche ESS on amène de la valeur ajoutée sur le territoire ».  Il ajoute : « Si nous parvenons à recentrer ainsi le développement économique, y compris la consommation que l’on doit être capable de relocaliser, cela voudra dire que l’on aura aura regagné de l’activité endogène et donc que le territoire gagnera en attractivité ». 

Cercle vertueux

Les deux territoires sont en phase de recrutement de leur chef de projet. Il donc est encore trop tôt pour dire ce qui sera inscrit au cœur du projet mais Vorey-sur-Arzon mène actuellement une étude sur la revitalisation qu'elle a confié en partie à Villages Vivants, pour sa capacité à animer cette phase de diagnostic en stimulant la participation des citoyens et de tous les acteurs du territoire.

Dans le Bocage Bourbonnais, Jean-Marc Dumont sait « que l’on commence à être connus pour ne pas faire comme tout le monde ». Il compte donc sur la participation d'acteurs comme le tiers-lieux Le Mazier ou encore le centre social rural au Montet pour intervenir dans ces discussions. « Quand un acteur associatif mettra en avant le projet de territoire, cela pourra aussi lui servir pour chercher d'autres soutien financier pour ses projets. C'est le même schéma que pour les entreprises traditionnelles ».

De Vorey-sur-Arzon au Bocage Bourbonnais, malgré des niveaux d'acculturation différents à l'ESS, les deux élus convergent sur l'intérêt d'une réappropriation de l'espace économique et sociale par les citoyens afin de produire un nouveau type de développement économique et social. Un signe, sûrement, que c'est par l'action que les modèles de l'ESS gagne ses galons d'économie de territoire.

En savoir plus

Consultez l'offre de l'Avise, partenaire du programme : Les ressources et outils à disposition des Petites villes de demain
> Découvrez le décryptage de l'Avise L’ESS, une opportunité pour la revitalisation des Petites villes de demain

Sur la même thématique