Vous êtes ici

DÉCRYPTAGE

Agriculture durable : de quoi parle-t-on?

Mis à jour le 19 Avril 2021
En marge de l’agriculture conventionnelle, de nombreux paysans optent pour des modes de production alternatifs, plus respectueux de l’humain et de la planète. Comment définir l’agriculture durable et comment la positionner par rapport aux autres modèles d’agriculture ?

L’agriculture durable, entre besoins présents et besoins futurs

L’agriculture durable applique les principes du développement durable à la production agricole. Ainsi, pour reprendre la définition du développement durable proposée dans le rapport Our Common Future (Notre avenir à tous – communément appelé rapport Brundtland) réalisé par l’ONU en 1987, l’agriculture durable a pour objectif de « répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ».

Pour ce faire, l’agriculture durable s’appuie sur les trois attendus du développement durable : être économiquement viable, socialement équitable et écologiquement saine.

L’agriculture durable et l’ESS partagent un même socle de valeurs. Certains projets choisissent ainsi les formes juridiques propres à l’ESS, intégrant ainsi une gouvernance démocratique et des principes de lucrativité limitée, d’autres s’en rapprochent par la finalité sociétale et environnementale de leur organisation.

En parallèle, de nombreux acteurs de l’ESS s’engagent pour impulser, accompagner et financer le développement d’une agriculture durable sur leur territoire.

L’agriculture durable repose sur les 3 piliers du développement durable - ©Avise - dossier Agriculture durable
L’agriculture durable repose sur les 3 piliers du développement durable - ©Avise - dossier Agriculture durable

Se repérer parmi les différentes formes d’agriculture

Aujourd’hui, de nombreux modèles responsables d’agriculture sont pratiqués : agriculture raisonnée, agriculture biologique, agroécologie, etc. Tous ne relèvent cependant pas de l’agriculture durable.

En effet, pour être durable, l’agriculture ne peut se limiter à la question environnementale mais doit intégrer les trois dimensions du développement durable et proposer une approche systémique. De manière schématique, on peut positionner les différentes formes d’agriculture comme suit.

Les modèles d’agriculture - ©Avise - dossier Agriculture durable
Les modèles d’agriculture - ©Avise - dossier Agriculture durable

>> Découvrir l’article Les différentes formes d’agriculture, réalisé en 2017 par l’association Science et livres sur www.dev.scienceenlivre.org

L’agriculture durable ne correspond pas à un label ou un cahier des charges précis mais se définit comme une démarche dans laquelle chacun peut s’inscrire afin de tendre vers un modèle en accord avec les trois piliers du développement durable – environnemental, social et économique –, et ainsi minimiser les impacts négatifs de l’agriculture sur les individus et la planète. Les fondements de l’agriculture durable incitent à développer une vision systémique et à replacer la production agricole au coeur des principaux enjeux de la société.

De ce fait, certaines exploitations certifiées agriculture biologique peuvent entrer dans le cadre de l’agriculture durable, dans la mesure où elles intègrent une dimension humaine et sociale au-delà de l’aspect environnemental. À l’inverse, toutes les exploitations agricoles « durables » ne remplissent pas le cahier des charges de l’agriculture biologique ou font le choix de ne pas demander de labellisation, ne se reconnaissant pas dans cette appellation.

>> Découvrir le Socle commun de la durabilité, rédigé par les membres du pôle associatif Initiatives pour une agriculture citoyenne et territoriale (InPACT), sur www.agriculture-durable.org

Il existe dans le mouvement de l’agriculture durable différents courants plus ou moins structurés proposant des visions assez diverses et complémentaires :

Agriculture paysanne

L’agriculture paysanne est un mouvement social et militant visant à défendre la cause paysanne et permettre aux producteurs de vivre décemment de leur activité tout en associant productions saines et de qualité et respect de l’environnement. La charte de l’agriculture paysanne définit 10 principes répondant aux enjeux sociaux, environnementaux et économiques de l’agriculture durable.

>> Découvrir les principes de l’agriculture paysanne sur www.agriculturepaysanne.org

Agroécologie

L’agroécologie est à la fois un mouvement social, une pratique agricole et une science, croisant agronomie et écologie. Ses piliers sont l’innovation, la recherche de modèles systémiques et le développement de modes de production respectueux de l’environnement.

>> Découvrir les piliers et pratiques de l’agroécologie sur www.terre-humanisme.org ou www.mots-agronomie.inra.fr et consultez une cartographie des collectifs agroécologiques sur www.collectifs-agroecologie.fr

 

Permaculture

La permaculture est une approche globale concernant à la fois les modes de vie, les organisations et les systèmes agricoles. Au croisement des principes de l’écologie et des savoirs des sociétés traditionnelles, elle cherche à reproduire la diversité, la stabilité et la résilience des écosystèmes naturels.

>> Découvrir l’approche écosystémique de la permaculture sur le site de l’Université Populaire de Permaculture : www.permaculture-upp.org

D’autres termes sont apparus récemment, comme ceux d’agroécologie paysanne, d’agriculture résiliente citoyenne environnementale locale ou encore d’agriculture citoyenne et territoriale – terminologie notamment développée par le pôle associatif InPACT.

>> Découvrir des éclairages complémentaires sur le site édité par InPACT, www.agricultures-alternatives.org, et consultez l’outil en ligne PARCEL développé par l’association Terre de Liens, la Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique (FNAB) et le BASIC pour évaluer l’impact d’une alimentation locale et durable sur les territoires sur www.parcel-app.org